Ma femme m’a quitté car je joue trop à Dota 2

dota-2-addiction-eorisessence.com

Les jeux vidéo sont censés combler les heures creuses. Ils servent à divertir. Mais pour certains, ils deviennent une drogue. Quand j’ai fait la rencontre de Dota 2, je  ne pouvais plus m’en passer. Sans le savoir, j’ai petit à petit plongé dans la dépendance. Dota 2 prenait tout mon temps libre en dehors de mes heures de boulot. Le jeu qui devait me procurer du plaisir devenait un gros problème pour mon couple.

Mes débuts avec Dota 2

Un an après sa sortie en France, c’est-à dire en 2014, un ami m’a présenté le jeu en ligne Dota 2. Fan de jeu multijoueur en ligne de type MOBA comme Dota 2, je n’ai pas hésité à l’essayer. Pour commencer, j’ai rejoins le camp des Dire sous la peau du héros nommé Phantom Assassin. D’après mon ami, mon choix était digne d’un vrai joueur de Dota 2. Phantom Assassin est doté d’une grande mobilité et peut lancer des coups fatals pour éliminer instantanément un adversaire. Après cette rencontre, je ne pensais plus à choisir d’autres héros. Celui-ci me donnait pleine satisfaction.

dota-2-accro-jeu-esport-eorisessence.comComme tous mes débuts sur un nouveau jeu, j’ai eu un peu de mal à maîtriser Dota 2. Mais au fur et à mesure j’ai pris goût à lancer des incantations, à collaborer avec mon équipe au vue de battre l’adversaire.

Mon problème de dépendance

Au début, ce n’était que de la curiosité à tester un nouveau jeu. Mais Dota 2 ne m’a pas laissé m’échapper. Il m’a retenu des heures et des heures à parcourir son immense carte et à récolter de plus en plus d’objet. Dès mon arrivé à la maison après le boulot, j’allumais mon PC, je me connectais et c’était parti pour un aventure avec mon nouveau passe-temps préféré. Les deux ou trois heures de jeu ne me suffisaient plus. Il me fallait plus de temps pour acquérir de l’expérience et être de grande utilité pour l’équipe. Alors souvent je veillais jusqu’au petit matin pour avancer dans les combats.

Je ne me doutais pas que ce temps fou passé devant l’ordi engendrera de gros problème. Ma femme, perturbé et déçu par ce comportement n’arrêtait pas de me sermonner à ce sujet. Elle m’accusait de négliger mon foyer à cause de ce jeu qu’elle classe de « stupide ». Elle m’a également prévenu que je dérive dans la dépendance. Mais je me moquais de ce que madame pensait. Moi et Phantom Assassin sommes inséparables. Lasse de cette situation, ma tendre épouse a décidé de me quitter. Elle ne supportait plus le fait que Dota 2 devienne ma priorité.

Sans ce choc, je n’ai pas pu prendre conscience de mon problème d’addiction. En seulement 6 mois, Dota 2 a réussi à briser 10 ans de mariage. Alors j’ai pris sur moi, demandé de l’aide pour en finir avec ce jeu. Même si Dota 2 est passionnant, je préfère vivre sans lui que de renoncer à ma famille.

Et en plus, je parie aussi.