The secret of Monkey Island un jeu énorme

the-secret-of-monkey-island

Ce jeu de genre aventure en 2D est édité par Lucas Arts en 1990. Il s’agit de l’œuvre la plus connue de l’éditeur. La version initiale est commercialisée sur 3 disquettes qui fonctionnent encore sous DOS. Et 2 ans plus tard, il est sorti sur CD-ROM.

Description du jeu

The secret of monkey Island invite le joueur dans une grande aventure avec un jeune home qui rêve de devenir pirate appelé Guybrush Threepwood. A travers des situations déjantées et drôles, c’est ce jeune homme malhabile qui doit faire ses preuves dans les duels d’insultes avant de s’immerger dans les mystères et les énigmes de l’île aux singes. Le conseil des pirates local lui impose en effet 3 épreuves : battre Carla dans un duel de sabre, dénicher le trésor enfoui, et voler une idole dans la résidence du gouverneur. Mais sa quête n’est pas aussi simple qu’elle en a l’air car il va vite se trouver mêlé dans une histoire plus compliquée d’un pirate fantôme vengeur et amoureux (comme lui), de Chuck le Chuck et d’autres personnages farfelus dans l’île des singes.

Avis sur le jeu

Le jeu se démarque par un univers surréaliste et comique et contient également de références sur les autres titres de l’éditeur. Au début, The secret of monkey Island apparaît simple mais au fil de l’aventure les situations sont détournées, ridiculisées, complexifiées. D’abord, pour avancer, il faut ramasser les objets et les combiner, parler aux habitants, trouver les réponses des puzzles et des énigmes tordues qui semblent être impossibles à résoudre. Et après quelques essais, l’issue des problèmes se trouve toujours par des moyens détournés et extravagants. Les fausses pistes, les événements bizarres et les retournements aberrants s’accroissent ainsi au fur et à mesure qu’on avance dans le jeu. Afin de rendre l’histoire cohérente pour que le joueur ne s’y perde pas, l’éditeur a fait un gros travail sur les dialogues et la trame narrative. En effet, les échanges dans les duels d’insultes pimentent le jeu. Et le joueur ne gagne les affrontements dans les duels au sabre que s’il arrive à infliger une correction à son adversaire. Ce faisant, il aurait à se servir des insultes qu’il a apprises en combattant d’autres adversaires. Le risque de se faire abattre n’existe quasiment pas mais il faut seulement apprendre les répliques drôles. C’est cette façon de cultiver l’humour et la dérision qui fait l’attrait de ce jeu d’aventures. Concernant la prise en main de The secret of monkey Island, tout est simplifié. On retrouve en bas de l’écran le menu essentiel (parler, marcher, utiliser …). Si on veut faire une action, prendre un objet par exemple, il suffit d’aller dans cette partie de l’écran. En fait, ce titre est le pionnier dans l’invention d’interaction avec les PNJ et dans ce jeu, cela est amélioré par le point and click. Enfin, côté résolution et graphisme, l’aspect visuel du jeu est bien abouti et la musique participe à l’ambiance inattendue. Au début, l’affichage du graphisme est de 16 couleurs mais en 1992, dans le CD-Rom, il est de 256 couleurs. Bref, The secret of monkey island figure parmi les titres culte de l’époque grâce à son contenu hallucinant et une durée de vie intéressante. Ce dernier point est partiellement dû au fait que la mort de l’apprenti marin est presque possible.

pc-the-secret-monkey-island